Michel Degenne par Jean Farjot

Benezit (édition 1999) Michel Degenne, 14 mars 1903 (Poitiers) - 9 février 1988 (Charlieu)

   Peintre de marines, de paysages et de nus, l'aquarelle fut sa technique de prédilection, ses encres sont également très appréciées.

   Il a beaucoup voyagé, notamment en Provence, en Bretagne, en Vendée ainsi qu'à l'étranger: Suisse, Ecosse, Espagne, Italie, Hollande, Irlande, Angleterre, Seychelles, Grèce, crète... Marines, eaux, bâteaux ont requis sa plus grande attention.

Michel Degenne vers 1948
Michel Degenne vers 1948

   Michel Degenne passe son enfance à Poitiers entrecoupée de séjours en Bretagne et de fréquents déplacements dans la presqu'île de Port-Louis à Gâvres. Il y découvre l'Océan, les marées et se passionne pour les bâteaux dont il connaît tous les noms. Il commence à dessiner dès cinq ans. Le souvenir qu'il en conservera lui fera toujours préférer le temps gris au grand soleil, les chalutiers aux bâteaux de plaisance et l'Océan à la Méditerranée.

    Michel Degenne ne vivait pas de sa peinture mais ne vivait pas non plus sans elle. Il ne peignait que sur le motif, luttant de vitesse avec la lumière, le vent, la pluie, le crachin breton ou nordique qui à parfois donné une note inattendue à l'oeuvre achevée.  Michel Degenne a le don de saisir le génie des lieux en quelques traits tout en soignant la mise en page. En plein air, c'est la décision, le premier jet guidant le pinceau vers l'essentiel qui révèlent le langage transparent de l'aquarelle et l'émotion de l'instant. Cet autodidacte, supérieurement cultivé, savait retrouver ce qu'André Breton appelait "l'oeil à l'état sauvage". 

   Dans les années 60 les expositions vont se succéder à travers la France. Les premières vacances qu'il passe à Roscoff à cette époque où il revit les sensations de son enfance sont décisives pour son expréssivité. Les formats s'agrandissent et témoignent de sa géhérosité et de sa liberté. C'est le temps fort de sa carrière qui trouve sont prolongement en Ecosse et surtout en Irlande où  Michel Degenne trouvera ports et côtes d'élection.

Sur Michel Degenne, commentaire de Pierre Etaix

   "A delà de la passion, c'est son amour de l'art qui le faisait vivre dont je garde le souvenir, d'autant plus ému que son  absence aujourd'hui symbolise si fort ce manque de beauté dans la gratuité de l'acte",

   En 1945 paraîtra le panorama de la peinture moderne dédié à Jean Puy où Michel Degenne entend affirmer son attachement à des mouvements qui se démarquent du classissisme.